The Tomorrow People
The Tomorrow People

La semaine passée, soyons réalistes, je n’était nullement en état de commenter les débuts du petit frère de Stephen Amell dans la série “The Tomorrow People”.

Autant ne pas prendre de raccourcis, j’ai lâché la série dès la 15e minutes du deuxième épisode. je ne dis pas que je ne retomberais jamais dessus mais le directeur de la programmation savait ce qu’il faisait quand il mettait cette série juste derrière #Arrow. Bref pour ceux qui n’aurait pas encre vu le premier épisode, la série raconte les péripéties d’un jeune garçon qui découvre qu’il a des pouvoirs (Télékinésie, Télépathie et Transplanation Téléportation plutôt en fait) qui lui viennent directement de son père, un certain génie dans le contrôle de ses pouvoirs et leader d’un groupement de personnes aux mêmes pouvoirs. Bref en voyant le premier épisode je me disais que ça ressemblait étrangement à un enfant caché de X-men et de Push (rappeler vous, ce film avec l’ex Johnny Storm des 4 Fantastiques devenu Captain America). Mais un enfant caché qui à mon humble avis aurait du rester caché. La série à de bonnes intentions, la lutte contre l’oppression gouvernementale qui veut à tout prix contenir les actions de ces êtres évolués; car oui le titre de la série vient siplement du fait que ces personnages atypiques étant le prochain stade de l’évolution, se font appeler the tomorrow people, ou en VF les gens de demain (quelqu’un a dit X-men?).

Bref la série paraitra répétitive et une forte impression de déjà se fera ressentir vu si vous avez déjà une certaine expérience avec X-men ou Push ou même Jumper (oui ce film ou tout le monde Jump). Certains choix scénaristiques m’avaient pourtant donné espoir, vraiment. Par exemple, que de nous donner une série où le héros va simplement rejoindre les gentils, les scénaristes nous propose de suivre le “jumper” alors qu’il passe du côté obscure de la force pour retrouver son père (oui je sais, trop de références cinématique). Néanmoins, alors que je regardais le deuxième épisode, j’ai été littéralement saoulé par le monologue du personnage principal. Oui, ce n’est que le deuxième épisode, il faut rappeler au spectateur ce dans quoi il s’engage, oui, mais par pitié faites des flashbacks. Ne laissez pas le pleurnichard raconter sa vie avant/après pouvoir, le tout en slow motion. Non, sérieux, j’ai pas pu continuer le truc; c’est bon pour moi. Suivre les péripéties surnaturelles d’un jeune homme à la recherche de son père, j’ai déjà donné; ça s’appelait #Supernatural saison 1,2 et 3.

P.S. En plus c’est un remake d’une série qui a déjà existée. Donc comment dire… Peut mieux Faire!

Kansas City Shuffle

Advertisements