Le Cœur n'a pas de Barbe Blanche
Le Cœur n’a pas de Barbe Blanche

J’étais supposé commencé la nouvelle année avec la revue d’un film Camerounais. mais j’avais en tête plutôt un film comme “Les Saignantes” ou le plus récent, “Le Blanc d’Eyenga“. Je n’ai pas eu la chance des les trouver et lors de mes recherches je suis tombé sur “Le Cœur n’a pas de Barbe Blanche“; un titre tout ce qu’il y a de Camerounais pour un film on ne peut plus Camerounais.

Film produit par Léonard de Bruxelles, “Le cœur n’a pas de Barbe Blanche” est un film assez difficile à résumer. Essayez de me suivre : Une jeune femme (niveau doctorat) se retrouve à devoir prendre soin de son frère et de sa mère toute seule lorsque celle ci tombe malade après le décès de son mari et la ré-acquisition de la maison familiale par son beau-frère. Lorsque le C.E.O. d’une grande entreprise tombe amoureux de la jeune fille, la situation de la famille semble s’améliorer. Néanmoins, l’écart d’age entre les deux amoureux ne leur rend pas la tache facile. Sans oublier le fils du Directeur (Baron de la drogue) qui désapprouve ce mariage. Bref, comme je vous disais, il faut pouvoir suivre.

Sinon, parlons un peu du film lui même. Déjà, les acteurs n’étaient pas très convaincant, très surjoués. Beaucoup de cris et de pleurs pas très convaincant. Le cameraman avait des prises de vue assez surprenantes, et le décor n’aidait pas beaucoup à son travail. Le fait est que au niveau technique, la production ressemblait beaucoup plus à un des téléfilms de CANAL 2 International qu’à autre chose. Mais le plus désastreux est sans aucun doute, les scènes de combat. Heureusement, il y en a pas tant que ça. Ça aurait rendu le fil complètement impossible à regarder. Les Camerounais ne semble pas encore avoir découvert les “practical effects” ou effets spéciaux. Et je ne parle pas des effets spéciaux assisté par ordinateur, je parle des simple trucs du genre bruitage de coups de feu, sang, etc. Bref même en tant que simple spectateur, et en essayant de laisser mon esprit critique dans le placard, i est très très difficile de ne pas remarquer toutes ces anomalies.

L’histoire du film n’a rien d’extraordinaire. Une jeune fille mariant un homme plutôt âgé et les répercussions d’un tel mariage, des téléfilms comme ça on en voit tous les jours. J’ai quand même était agréablement surpris par l’ajout de la partie “trafique de drogue“, même si il n’a pas été exploré en profondeur. Ce qui est peut être une bonne idée, vu que le peu qu’ils avaient à faire, ils l’ont totalement foiré.

Je dois avouer c’est pas vraiment facile d’être totalement objectif quand je regarde un film Camerounais, toujours à la recherche de la petite bête. Mais ce film m’a rendu la tâche un peu trop facile. Le réalisateur, loin de faire des erreurs de débutants, semblait ne pas avoir pris son travail très au sérieux. Par exemple, ce film, par tout moyen selon le synopsis, est sensé être un film dramatique. Mais le tout passe surtout comme une hilarante comédie. De plus, j’ai beau eu me creuser la tête, j’ai toujours pas compris en quoi le titre du film avait une relation avec le contenu du film.

Le cœur n’a pas de Barbe Blanche” n’est certainement pas un film qui représente le talent du cinéma Camerounais, mais pour les gens hors du pays comme moi, c’est l’occasion de se rappeler des rues du pays.

“Le cœur n’a pas de Barbe Blanche” : 3/10

Kansas City Shuffle

Advertisements