Horns
Horns

 

Salut les gens,

Ça fait deux mois jour pour jour que j’ai écrit ma dernière revue. Et en 2 mois j’ai vu de bon films, de très bon même. Mais malheureusement aussi  de très mauvais. Bref, vous vous demandez ce qui me sort de ma langoureuse torpeur?? La réponse est facile, #Horns.

Every now and then, un film me prend par la main et m’emmène en voyage. Et c’est exactement ce qu’a fait “Horns“. Avec en tête d’affiche Daniel Radcliffe (Ex-Harry Potter), “Horns” est l’adaptation du livre du même nom qui raconte l’histoire de Iggy un jeune homme qui se retrouve avec des cornes (horns) sortant de sa tête après qu’il ait été injustement accuse du meurtre de sa petite amie. Et sa nouvelle acquisition lui permet de soutirer la vérité de tout le monde, acquisition qui lui permet de se mettre a la recherche du vrai meurtrier de sa copine. Et je dois le dire tout de suite, j’avais des appréhensions par rapport a ce film. Depuis la fin de sa période Harry Potter, Daniel Radcliffe n’avait pas encore joué un personnage sous la peau duquel il pouvait totalement se fondre et éviter les comparaisons et les rapprochement vers “The-Boy-Who-Lived-Potter“. “Horns” est en ce sens le premier rôle ou il a vraiment pu se défaire de cette image.

Naviguant magnifiquement entre le dramatique, le comique, le thriller et l’évidente science fiction qui enveloppe l’histoire, “Horns” ne faiblit pas un instant et on en sort avec l’impression d’avoir couru un marathon tellement on est porte par l’histoire. Le film fait tellement un bon boulot que pendant l’instant de quelques 120 minutes, j’en ai presque oublié ma peur irrationnelle des serpents. Et des serpents il y en a dans ce film (mais probablement moins que “Des Serpents Dans l’Avion”). Mais une fois passé le naturel malaise quant au nombre de serpents présents, “Horns” est au final une histoire d’amour, amour qui est plus fort que tout au point de vous élever au cieux, ou vous faire brûler en enfer, littéralement.

Quelques acteurs sont reconnaissables dans les rôles secondaires, mais ne vous y tromper pas, c’est le Radcliffe Show. Et sa performance est tout simplement époustouflante. Après avoir vu ce film, j’ai hâte de voir son deuxième film sorti cette année “What If”. Une comédie romantique dont je n’ai entendu que du bien. Et vu qu’il faut remettre a César ce qui lui est du, props to Alexandre Aja pour nous avoir délivré un aussi bon film. Ça me donne envie de voir sa “rendition” du depuis trop longtemps annoncé “Cobra: The Space Pirate“, adaptation du célèbre manga du même nom. Je me demande si le projet aboutirait si jamais il passait par Kickstarter.com. Bref, je suppose que c’est une question pour un autre jour.

En gros, “Horns” est un absolu que je ne recommanderais jamais assez et qui me hantera probablement dans la majorité de mes écrits pendant un bout. Fun et sexy, engageant et émouvant, c’est un succès garanti chez le gars comme chez la go. Courez le voir, absolument.

P.S. Ce n’est pas demain la veille que je laisserai un serpent (vrai, en caoutchouc ou ajouté par ordinateur) se mouvoir aussi librement sur mes épaules.

HORNS : 9/10

Kansas City Shuffle

Advertisements