BAL_POUSSIEREthink-like-a-man-2-poster

Sinon Bonjour les gens, et les autres aussi, même ceux qui ne répondent jamais.

Après tant de mois loin du blogging, aujourd’hui je reviens avec un sujet que je ne voulais pas nécessairement aborder. Principalement parce que cette conversation est en cours maintenant depuis un bon bout de temps et que je n’ai ni l’expérience ni l’habilité d’y prendre part et encore moins le temps pour écrire quelque chose de cohérent. Du moins jusqu’à présent.

Avec la création d’AfroStream, il semblerait que beaucoup se demandent dans quelle catégorie exactement se trouve le cinéma Afro. Question que je me pose aussi régulièrement. Et si cette plateforme est dédiée aux films et séries Afros, cela veut-il dire que le cinéma AFRICAIN est en si mauvaise posture qu’il a absolument besoin d’être groupé sous cette ombrelle pour avoir un moindre sorte d’exposition ? Bref, allons pas à pas.

Premièrement, la définition d’Afro d’après le dictionnaire LAROUSSE fait référence à un adjectif qualifiant un style de coiffure ou les cheveux, frisés, forment une masse volumineuse (Nappy?). L’adjectif est aussi utilisé en association avec d’autres mots pour qualifier quelqu’un dont les ancêtres sont originaires d’Afrique Noire. Mais ce que beaucoup n’incluent pas dans leur réflexion c’est le fait que « Afro » tel qu’il est utilisé dans cette conversation ne s’arrête pas à Africain ou Afro-Américain. Cet adjectif regroupe aussi les Afro-Cubains, les Afro-Asiatiques, les Afro-Brésiliens et ainsi de suite. Et donc qu’un média décide de se focaliser sur le divertissement Afro ça ne me dérange pas du tout mais alors pas du tout. Mais de se qualifier de magazine ou plateforme Afro tout en se posant en tant que réponse aux problèmes Africains c’est quelque chose que je ne comprends pas. Ne serait-il pas plus simple de juste créer une telle plateforme spécialement dédié aux productions Africaines ? Plutôt de les enfermer dans ce groupe Afro d’où elles ne sortiront probablement jamais.

Ce qui m’emmène à ma question principale, en est-ce finit du cinéma Africain ? Réponse compliquée. Voici ce que je sais : Lorsqu’on parle de cinéma Afro, la plupart du temps on inclut le cinéma Afro-Américain. Mais en réalité, est ce que ce cinéma Afro-Américain est même d’abord intéressé à faire partie de cette communauté ? Je travaille encore sur la réponse. Bref avec tous ces cinémas Afros, que devient le cinéma Africain ? Est-il destiné à n’avoir de vie que quand il est dans cette communauté Afro ? Je voudrais bien m’assoir et en discuter mais apparemment je suis trop loin pour participer à la conversation. Les gens qui y participeront ce 6 Mai sortiront probablement avec des réponses pour nous autres, et surement aussi plus de questions.

Voici mon humble opinion. Le cinéma Africain n’a pas besoin de se cacher dans cette communauté afro pour avoir une chance de réussite. On peut dire beaucoup de choses sur le cinéma Africain entre autres qu’il se cherche encore une identité et qu’il est définitivement en manque d’un réseau de distribution effectif, mais il n’est pas si desperate that it needs to be shadowed by other black produced cinema. African cinema can stand on its fucking own. So if you really have interested in helping African Cinema, don’t make a platform for Afro cinema, no! Make a fucking network for African cinema and make it shine (sorry I have the tendancy to go full English when I rant).

Retour au Français.

J’aurais eu un peu de temps devant moi j’aurais travaillé un peu sur cette question. « Internet, Nouvel Ecrin du Cinéma Afro » et sur un truc qui me déplait de plus en plus au fur et à mesure que j’y pense, « Le Netflix Africain » (so many things wrong with this expression I’ll just write another post just for it). Mais voici ma réalité, j’ai « travaillé » avec 3, 4 web-magazines et web shows cette dernière année et j’ai toujours été étonné de voir à quel point chacun d’entre eux avait une définition très personnelle du même mot : Afro. Certains le prenant dans son sens originel, vaste et incluant autant de différentes cultures que possible et d’autres utilisant le mot presque comme un synonyme d’Africain. Curieusement le mot « Black » inclus dans la culture urbaine semble être le synonyme angliciste pour Afro. Personnellement je préfère « Black » a « Afro », mais étant donne la connotation péjorative que le mot a de ce côté ci de l’Atlantique, peut être devrais-je m’habituer à entendre Afro partout où j’irais.

Breeeeeeeeeeef, je suis fatigué, il se fait tard et j’ai une revue à filmer. Je continuerai volontiers la conversation avec ceux qui veulent bien en discuter de manière polie et constructive. Je n’ai pas le monopole du savoir même si, parfois, j’agis comme si.

En attendant,

Kansas City Shuffle

Advertisements