The Awakening
The Awakening

Sinon bonjour les gens, et les autres aussi, même ceux qui ne répondent jamais.

Aujourd’hui je voudrais vous parler du film Nigérian « The Awakening » réalisé par James Omokwe. Et avant même que je commence à parler du film il faut que je vous dise tout de suite j’ai été terriblement, terriblement, terriblement déçu par ce film. Et pour cette raison particulière, dans cette revue j’irais en profondeur dans les détails du film pour essayer de vous expliquer et surement aussi de m’expliquer à moi-même pourquoi ce film m’a tellement énervé.

Bref.

« The Awakening » c’est l’histoire d’un gars qui travaille dans le milieu du marketing – un aspect qui n’est pas du tout explore tout le long du film – et qui se met à avoir des visions. Dans chacune de ses visions il se voit en train de mourir. Très vite néanmoins il se rend compte que ce n’est pas sa mort qu’il voit mais la mort d’autres personnes, complètement inconnu et pour lesquelles il est considéré comme suspect. Le rôle principal féminin est celui d’une journaliste qui essaie de se faire un nom en se lançant dans le milieu en essayant d’avoir un scoop sur les morts en série. Elle est introduite dans l’histoire lorsqu’une inconnue avec le même tatouage qu’elle lui confie une boite plein de sable avec pour mission de protéger la dite boite et de ne jamais l’ouvrir. Et bien sur la première chose qu’elle fait, c’est d’ouvrir la boite. Mais c’est un truc qui est propre à tout film de ce genre ou on nous demande d’accepter la stupidité et le manque de logique dans les personnages.

Ce qui m’a le plus déçu dans le film c’est le potentiel gâché. Imaginez un instant à quel point ça peut être intéressant de regarder l’histoire d’un gars qui est accuse a tort d’être un meurtrier parce qu’il est au mauvais endroit au mauvais moment parce qu’il enquête sur ses visions prémonitoires. C’est pratiquement un synopsis tout droit sorti d’Hollywood. Et c’est probablement le gros problème du film. Il essaie trop d’être quelque chose qu’il au final ne peut pas être. L’idée du film est bonne mais l’exécution est déplorable. Et je ne parle pas du côté technique parce que curieusement pour un film Nollywood qui se focalise sur la sorcellerie, pour une fois ils nous ont épargné les délires auxquels ils nous ont habitués. Du moins jusqu’aux 30 dernières minutes. Apres ça, c’est comme si je regardais le film sur YouTube.

Bref quand je parle d’exécution, je fais référence au fait que ce qui est écrit sur le papier ne doit pas nécessairement être a l’écran. En tant que réalisateur, on doit être capable de regarder le produit finit et de se dire, tu sais quoi, je pense que cette scène ne marche pas telle qu’elle est maintenant, je devrais la retravailler de façon à ce qu’elle soit plus cohérente avec l’ensemble du film. Mais si en tant que réalisateur ce film est le fruit de tes efforts, je suis désole de dire que c’est très très en dessous de la moyenne.

Et les personnages secondaires, ooooh. Quand je dis que ce film essaie d’être un truc qu’il n’est pas. Prenons l’exemple du policier en charge de résoudre les meurtres et arrêter le personnage principal. Sur le papier, le caractère marche bien, il est badas, cool, inratable et un peu comme une fusion entre Dwayne The Rock Johnson et Arnold Schwarzenegger. Mais la est tout le problème, ni The Rock, ni Schwarzenegger ne sont nigérian, et prendre leur personnalités et les imposer dans un film nigérian ?? Qu’est-ce que le scénariste avait en tête ? Dans un film qui avait déjà beaucoup de problèmes, voilà que le réalisateur nous impose des scènes d’actions mal filmée, avec du bruitage approximatif et god j’ai même mal à la tête juste à essayer de me rappeler des scènes en question. Mais pas aussi mauvais que les scènes qu’on voit dans les films d’actions de canal 2. J’aurais espéré que le rôle du détective soit un peu voire beaucoup plus silencieux et en retrait, il est presque comme un troisième personnage principal. Je n’essaierai même pas de qualifier la performance de l’acteur.

Mais tout n’était pas si mauvais dans ce film. En dehors du potentiel qui a été clairement gâché, la seule partie du film qui est plus ou moins regardable c’est le petit montage anime inclus vers la fin du film, lorsqu’on nous explique enfin le pourquoi du comment. Pourquoi le gars a des visions, en quoi ses visions sont liées à la journaliste et malheureusement, l’origine de l’histoire de sorcellerie qui relie l’histoire des deux personnages principaux et qui est sensé être la grosse révélation du film.

Bref.

Je crois que j’ai déjà utilisé plus de temps que nécessaire pour parler d’un film que je ne recommande même pas. Mais je souligne encore, le vaste potentiel que cette histoire a, et le succès qu’elle aurait eu si elle avait été mise à l’écran par un réalisateur un peu plus expérimenté ou mieux, conscient de la difficulté que représente l’adaptation d’une histoire aussi audacieuse dans un contexte purement Africain et Nigérian en particulier.

En parlant du tatouage, la première scène du film aurait dû me mettre la puce à l’oreille. Dans cette scène, le patriarche de cette société secrète meurt en laissant la boite en question à ses descendants. Et leur demande de la protéger jusqu’à leur dernier souffle. Et apparemment les gens de cette société secrète ont tous le même tatouage que la journaliste.

So… dans le second acte chaque caractère principal enquête sur les morts chacun de son cote. Et parce que le gars était au mauvais endroit au mauvais moment il se retrouve suspecté d’être le meurtrier de tous ces gens. Il finit par convaincre la journaliste de lui laisser une chance de s’expliquer en monnayant la seule chose qu’il puisse monnayer, une interview exclusive pour son journal. Les deux se retrouvent et continuent de suivre les indices donnes par les visions que le gars continue à avoir.

Ce qui nous amené a la résolution de l’histoire. Il se trouve que la boite que la journaliste a si malencontreusement ouverte au début de l’histoire enfermait un puissant esprit qui avait juré de tuer tous les descendants de cette société secrète. Et ainsi vient la meilleure partie de ce film. Pour nous raconter l’histoire entre cet esprit et sa bataille contre la société secrète le réalisateur utilise des dessins animés. Et cette partie du film est tellement meilleure que le reste du film que je me dis qu’ils auraient dû simplement faire le film entier de cette façon.

Bref, passons à la toute fin du film. Le réalisateur nous explique donc que la raison pour laquelle le gars a ces visions c’est parce qu’il est descendant de l’esprit en question. Je n’ai pas cherché plus loin. Donc le gars se fait posséder par l’esprit en question et tue l’un après l’autre les descendants de cette société secrète. Jusqu’à ce que je

Advertisements