Black or White
Black or White

Sinon Bonjour les gens, et les autres aussi. Même ceux qui ne répondent jamais. Aujourd’hui je voudrais vous parler du film « Black or White » avec dans les rôles principaux Kevin Costner et Octavia Spencer. Depuis sa sortie en début d’année c’est un film que je tenais absolument à voir parce qu’il semblait proposer une nouvelle perspective a la problématique raciale aux Etats-Unis.

« Black or White » c’est l’histoire d’une jeune fille métisse et de la lutte pour la garde parentale à laquelle s’adonne son grand-père blanc et sa grand-mère noire aussi bien sur le plan légal qu’émotionnel. Je n’irai pas par quatre chemins, ce film est terriblement décevant. Non pas parce que c’est un mauvais film, non. Mais le film nous a été présenté dans la bande annonce comme un film qu’au final il n’est pas. Il est très peu question de la bataille parentale entre blanc et noir mais plus de ce qui est la meilleure chose à faire pour l’enfant. A plusieurs reprises même le personnage joué par Kevin Costner nous rappelle que le problème racial n’est pas une issue dans cette conversation, même si tout le reste du cast cherche désespéramment à en faire un problème. Pour un grand-père avec un souci de consommation d’alcool, il est le personnage le plus sensé du film (ma modeste opinion).

La jeune fille en question est orpheline de mère et a un père accros à la drogue et qui dénie complètement son appui parental. Volontairement ou non, le film donne l’impression de prendre clairement le parti du grand-père, présentant le personnage d’Octavia Spencer et le reste de sa famille comme des antagonistes. Mais le film met aussi en exergue que les deux grands-parents pensent surtout et avant tout au bien être de leur petite fille. Et ça change et met du baume au cœur de voir un film ou les protagonistes ne sont pas aussi certains de leur choix que l’on ne voudrait nous faire croire. Ces petits moments de faiblesse les humanisent et permet au spectateur de s’identifier au eux.

Autre sujet grandement abordé dans ce film est le rôle du système légal dans ce genre de situation. Comme lors d’un divorce, l’implication d’avocats est sur de faire prendre des proportions plus qu’énorme à un problème qui pourrait se régler facilement loin des projecteurs d’une salle d’audience. Quoique clichée, la représentation des avocats comme des gens qui utiliseront tes dossiers les plus sales pour gagner leur procès marche bien dans le sens du message général de ce film.

Avec un cast solide, le film n’a pas vraiment de bouton au milieu de la figure. Ah si j’oubliais. Il existe une sorte de commun accord dans l’industrie que le « Child actors » ne savent pas act. Evidemment il y a des exceptions comme Freddy Highmore ou Haley Joel Osment, mais la règle générale est qu’ils sont terrible. Je ne dirais pas que c’est le cas ici. L’actrice qui joue le rôle de la petite métisse, Jillian Estell, à des scènes où elle était clairement à l’aise et d’autre tristement pénibles dans lesquelles le réalisateur a certainement eu recours à des techniques de montage pour ne pas la filmer directement et cacher ses moindres performances. Mais rien de bien grave, rien au niveau du film « The Last Airbender ».

Au final, « Black or White » c’est un bon petit film sur la meilleure facette des relations entre blancs et noirs aux Etats-Unis, un film qui n’oublie jamais quel message il veut faire passer malgré qu’il ait été présenté comme un film complètement diffèrent et que même le titre semble nous induire en erreur.

Bref je recommande ce film a tous ceux et celle qui veulent accroitre leur bibliothèque cinématographique ou qui veulent avoir une idée de comment se passe un procès pour garde parentale. Sinon les autres, vous n’avez pas vraiment besoin de le voir.

 

« Black or White » : 5/10

Kansas City Shuffle…

Advertisements