Grigris-tvisjustabox-1

Sinon bonjour les gens, et les autres aussi… même ceux qui ne répondent jamais.

Récemment j’ai eu l’occasion de regarder le film « GRIGRIS » réalisé par Mahamat-Saleh Haroun qui d’ailleurs par une nomination pour la Palme d’Or au Festival de Cannes en 2013 (oui je sais je suis en retard).

« GRIGRIS » c’est l’histoire d’un jeune homme handicapé, faute de meilleur mot, par une de ses jambes déformée et son parcours du combattant pour se définir une place dans la société. En journée, il aide son beau-père dans son atelier de photographie, et quand la nuit vient, il met à profit son talent pour la danse dans des boites de nuit, histoire d’arrondir un peu ses fins de mois. Mais Grigris, pseudo porte par le caractère principal du film, la dance c’est plus qu’un gagne-pain, c’est sa passion qui le pousse vers son rêve de devenir danseur professionnel. Malheureusement, lorsque son beau-père tombe malade et a besoin de plus d’argent pour prendre en charge ses soins médicaux, Grigris abandonne son rêve et intègre un bande de trafiquants de pétrole pour pouvoir subvenir à ses besoins financiers.

J’ai vraiment pris plaisir à regarder ce film je dois avouer. Loin des scenarios habituels dont les enjeux semblent mettre en péril tout un village ou une nation, « GRIGRIS » brille par sa volonté à rendre l’histoire plus personnelle. Dans le film, les épreuves que traversent Grigris non seulement l’aide à prendre soin des factures médicales de son beau-père, mais aussi, et surtout je pense, l’aide à s’affirmer en tant qu’homme, et décider des choses importantes de sa vie. La cinématographie est tout simplement superbe et sans artifices. Mention spéciale pour la scène vers le milieu du film : Souleymane Démé, qui joue le rôle de Grigris, est seul face à la camera lors d’une scène durant laquelle il s’entraine a ses pas de danse. Tellement poétique, et unique. Ce qui m’emmène a l’une de mes théories.

Il m’a semblé que « GRIGRIS » est un film essentiellement écrit autour de son personnage principal, de son acteur en fait. Je ne sais pas si le film est directement inspiré d’évènements qui se sont passés dans la vie de Souleymane Démé, mais plus je pense au film, plus je pense qu’il ne fait aucun doute que celui-ci n’est pas acteur professionnel et que dans ce cas particulier, il joue son propre rôle. Ce n’est pas vraiment un point négatif pour moi. Très peu de fois sa performance m’a paru en dessous de la moyenne, surement grâce à l’habiliter du réalisateur à tirer le meilleur de ses acteurs.

Grigris-tvisjustabox-2

Malheureusement, du moins pour moi, si les problèmes dans la performance de Démé peuvent passer inaperçu par moment, c’est rarement le cas des personnages secondaires. D’un, la mère de Grigris, sa mère, est à peine présente dans le film, et quand elle y est, c’est à peine si on lui donne quelque chose à faire. Je comprends que l’histoire privilégie sa relation avec son beau-père mais le jeune homme n’est pas orphelin de mère quand même.

Autre chose, le love interest dans le film : la fille dont Grigris tombe amoureux, et qui, du moins il semble, tombe amoureux de lui. J’ai eu beau analyser le film encore et encore, je n’ai vraiment pas saisi pourquoi elle était aussi éprise de lui. Non pas que ça ne faisait aucun sens, mais plutôt pas assez. On peut tomber amoureux mais le genre d’amour qu’il faut pour suivre son crush jusqu’au bout du monde… elle ne l’a jamais vraiment manifesté.

Un des côtés non seulement réaliste mais effectif du film c’est l’aspect du trafic de pétrole. Le gars qui implique Grigris dans ces manigances présentait véritablement une aura malsaine de gangster. Le réalisateur n’a pas trop forcé cet élément, ce qui donne un sentiment assez satisfaisant. Certaines scènes, dans lesquelles la police est inclue, réussissent à nous inquiéter sur le futur de Grigris. Contrairement aux productions occidentales intéressées par d’interminables sequels, les personnages dans les films africains meurent très souvent dans leurs histoires.

Dernier point, et je vais essayer d’en parler sans entrer dans la zone des spoilers. La fin du film est très problématique pour moi. Elle ne donne aucun sens quand on prend en considération le début du film. J’ai dû revoir la fin trois fois pour être sur que rien ne m’avait échappé. Le film finit et on se demande juste, comment on a fait pour en arriver là ? C’est comme si, dans le troisième acte, le film avait fait un virage à 90 degrés vers un nouvel horizon loin, vraiment très loin, de ce qu’il aurait dû ou pu être. Mais bon le film n’en devient pas un navet pour autant.

« GRIGRIS » c’est définitivement un film à voir. En dehors des sentiers battus et une perspective assez fraiche sur ce à quoi peut ressembler un film made in Africa et qui n’a pas honte de l’être. Et le film est actuellement disponible sur NETFLIX.

 

GRIGRIS : 7/10

LE MAMBO RECOMMANDE

 

Kansas City Shuffle

 

Advertisements