11-22-63-tvisjustabox-1

Sinon bonjour les gens, et les autres aussi… même ceux qui ne répondent jamais.

Aussi bizarre que cela puisse paraitre ce n’est vraiment pas intentionnel le fait que je fasse des revues de deux séries de voyage temporel successivement. Complètement accidentel je promets.

Cette semaine je voudrais parler de la série « 11.22.63 ». Basé sur une histoire de Stephen King et produit par J. J. Abrams pour le service de streaming Hulu, « 11.22.63 » raconte en 8 épisodes l’histoire de Jake, un professeur d’anglais, divorcé, rien de particulier vraiment à son histoire, qui se retrouve donné une mission périlleuse par son ami. Celui-ci demande a Jake de voyager dans le passé afin d’empêcher l’assassinat du président John F. Kennedy. Pourquoi empêcher cet évènement spécialement ? Parce qu’en fait le passage qui permet de voyager dans le temps conduit directement en 1960. Et Al’ l’ami en question, a cette folle théorie selon laquelle, le monde serait tellement, mais tellement mieux, si JFK n’avait pas été assassiné. Au cours de la saison, on suit donc Jake dans son effort de trouver puis stopper l’assassin de Kennedy, un certain Lee Harvey Oswald (si on en croit les Américains… la théorie du complot explique autre chose cependant).

Voilà à quoi j’ai eu à faire ces dernières semaines vu que, contrairement à Netflix, Hulu a décidé de sortir un épisode par semaine et nous empêche de faire ce que l’on aime le plus,  BINGEWATCHING.

Bref, parlons donc de la série. Ma réaction après 8 épisodes ? « Meh, peut mieux faire ». James Franco, dans le rôle principal, est très inconsistant. Premièrement, on a du mal à s’attacher à lui émotionnellement parce que son personnage, ou sa manière de le jouer est complètement fade. Même durant les moments qui sont sensés être des moments clés pour le caractère, ma réaction changeait à peine. Peut-être c’est juste personnel et j’ai du mal prendre au sérieux James Franco dans un rôle autre que comique. Mais je suis bien content que cette série n’ait que 8 épisodes.

Ça m’a pris trois à quatre épisodes pour me décider à continuer la série. En fait, une fois dans le passé, Jake ne se lance pas directement à la poursuite de Lee Harvey Oswald. Et c’est bien dommage. Les premiers épisodes sont lents, et ne rentrent pas vraiment dans la logique de ce que la série essaie de nous vendre. Tout l’aspect voyage dans le temps et le fait de devoir marcher sur des œufs pour éviter de changer le futur trop brutalement entrent en scène vers la fin des deuxième et troisième épisodes. C’est trop loin, pardi !

11-22-63-tvisjustabox-2

Un des côtés positifs c’est le fait que, une fois full-throttle dans la partie « Changer le passé », on retrouve des thèmes récurrent à d’autres séries de voyage temporel. Par exemple, tout comme dans « 12 Monkeys », le passé n’a pas envie d’être changé. Non seulement il trouve un moyen, malgré les interventions du caractère, de se dérouler. Mais dans cette série, il combat activement les tentatives de Jake. Par exemple, lorsque Jake tente en 1960 de parler à sa mère, la cabine téléphonique vers laquelle il se dirige se fait défoncer par une voiture sortie de nulle part.

Autre cote positif, les personnages secondaires. Peu d’entre eux sont réellement développés, mais ils restent un point majoritairement positif de la série. Et malgré le fait qu’on ne leur donne as beaucoup à faire, chacune de leur apparition relevé le niveau de la série. Mention spéciale pour George MacKay dans le rôle de Lee Harvey Oswald, Tonya Pinkins dans le rôle de Mimi Corcoran, et surtout T. R. Knight dans le rôle de l’ex-mari du crush de Jake, que je n’avais pas vu depuis la saison 5 de Grey’s Anatomy (sa mort m’a littéralement fait arrêter de regarder la série).

Tout ça pour dire que, « 11.22.63 » est une mini-série intéressante pour les habitués de Stephen King. Elle débute lentement mais ses huit épisodes forme un joli petit package qui éventuellement se laisse glisser dans la gorge lorsqu’avaler avec un bon verre de vin. En d’autre mots, rien de bien nouveau ou intéressant. Surtout que l’histoire est hyper contenue = pas de saison deux. Vous ne rateriez rien à ne pas la regarder et vous seriez probablement le seul à en parler si jamais vous décidez autrement… un peu comme moi, en ce moment.

11.22.63 : 6.5/10

Kansas City Shuffle

Advertisements