series-review-stranger-things-tvisjustabox-2

Sinon bonjour les gens, et les autres aussi… même ceux qui ne répondent jamais.

Je sais, ça fait un bail que je ne me suis pas prêté à la tâche d’écrire mes propres revues. Mais que voulez-vous, ces derniers mois j’ai eu moins de temps que j’en ai d’habitude : école, travail, et autres méfaits de la vie. Bref, je ne suis pas vraiment de retour mais au moins je profite de cette période basse pour vous donner mon avis sur une série qui nous est déjà depuis un bout accessible sur Netflix.: « Stranger Things » (non, je ne suis toujours pas d’humeur à regarder l’épisode 2 de « Sense8 », une foutaise).

« Stranger Things » est une série de 8 épisodes, une première pour Netflix, quoique, « Marseille » est sorti avant avec le même nombre d’épisodes, bref je m’égare. La série nous emmène dans une ville dans laquelle se passent des choses étranges (ha haha je suis bon). Jusque-là pas grande différence avec « Wayward Pines ». L’histoire est assez basique cela dit : Un jeune garçon a disparu, et toute la ville est en émoi. La police n’allant pas assez vite à leur gout, trois garçons, amis du disparu, décident eux aussi de se mettre à sa recherche. C’est ainsi qu’ils tombent nez à nez avec une jeune fille (qu’ils surnomment Eleven for some reason) dotée de capacités supernaturelles. Cette rencontre embarque ces trois amis dans une aventure qui les opposera au gouvernement, à des monstres venus d’autres dimensions et a des choses beaucoup plus étranges encore. Voila.

Je ne sais pas si ça devient un problème récurrent dans les série Netflix, mais j’ai de plus en plus de mal à passer les trois premiers épisodes de chacune de leurs nouvelles séries. Et le phénomène s’est répété ici. Pratiquement rien ne se passe dans ces épisodes. Et je comprends qu’on veuille créer une sorte de tension qui évolue progressivement mais bon. Ça m’a pris une semaine pour arriver à la moitié de la saison, c’est pour vous dire.

series-review-stranger-things-tvisjustabox-3

Autre chose qui m’a vraiment horripilé en cette première moitié de saison. Je n’ai trouvé aucun des personnages plaisant. Non sérieux, les « munas » (autrement dit les enfants sur lesquelles l’histoire est centrée) me tapaient sur le système, les ados étaient d’un ennui, et les parents… ils étaient simplement une plaie. Mais j’ai une théorie. J’ai lu et vu quelques revues de cette série ou des gens disaient qu’en fait le dialogue pour les enfants était parfait, genre ils parlaient et agissait comme des enfants de leur âge l’aurait fait. Et si c’est vrai, si cette impression est unanime chez ces critiques, je ne peux que spéculer que moi ne pensant pas pareil est sans doute un problème culturel. Parce que, voyez-vous, des enfants de moins de 13 ans au Cameroun ne réagiraient pas pareil. Mais bon, peut-être je n’aime juste pas les enfants acteurs. Et Oh j’ai failli oublier. La mère du jeune garçon qui a disparu est jouée par Winona Ryder. Ca faisait un bail elle n’était apparu nulle part. Et malheureusement, elle n’arrange pas le problème. Sa performance étant presque autant irritable que celle des gosses, amis de son enfant.

Tout au long de la campagne médiatique qui a suivie l’apparition de la série sur Netflix, bon nombre de personne ont remarqué a quelle point cette série était un hommage aux films américains des années 80, 1980. Et malgré ma jeunesse, je ne peux qu’être d’accord. Avec des influences telles que « E.T. l’Extraterrestre », « The Goonies », « Stand by me », « Firestarter » et j’en passe. Peut-être est-ce pour ça que je n’ai pas totalement accroche à cette série, là où certains voient une certaine nostalgie, moi je ne vois qu’une perte de temps.

Caleb McLaughlin, Noah Schnapp, Millie Brown, Gaten Matarazzo seen at the red carpet premiere in support of the launch of the Netflix original series "Stranger Things" at Mack Sennett Studios on Monday, July 11, 2016, in Los Angeles, CA. (Photo by Eric Charbonneau/Invision for Netflix/AP Images)
Caleb McLaughlin, Noah Schnapp, Millie Brown, Gaten Matarazzo seen at the red carpet premiere in support of the launch of the Netflix original series “Stranger Things” at Mack Sennett Studios on Monday, July 11, 2016, in Los Angeles, CA. (Photo by Eric Charbonneau/Invision for Netflix/AP Images)

Mais tout n’est pas si mauvais dans cette série. Je dois avouer que les trois derniers épisodes étaient largement au-dessus de la moyenne. Une fois que tous les personnages inutiles ont été tués, les évènements que nous présente la série deviennent beaucoup plus intéressants à regarder. Mais qu’est-ce que j’ai ramé pour en arriver là.

« Stranger Things » est définitivement l’une de ces séries qui parlent plus à la conscience collective américaines plutôt qu’ayant un appeal (charme ?) international. Je voudrais bien vous dire de vous en passez mais avec la saison deux déjà prévue pour l’année prochaine, la série est en passe de devenir dangereusement culte.

Stranger Things : 6/10

Le Mambo ne sait pas s’il doit recommander ou pas.

P.S. #JusticeForBarb

Kansas City Shuffle

Advertisements