santaclaritadiet-tvisjustabox-1

Sinon Bonjour les gens, et Bonne année 2017.

Ça fait un bout de temps je suis pas passé par ici. Et ma résolution pour la nouvelle année a été retardée par le fait que j’étais sans ordinateur pendant un bout de temps. Bref, ne ressassons pas le passé et concentrons nous sur ce qui me ramène sur vos écrans.

Netflix’s « Santa Clarita Diet » est une comédie d’horreur qui raconte les aventures d’un couple d’agents immobiliers alors qu’ils essaient tant bien que mal de gérer le fait que Sheila, la femme, soit devenu un zombie (terme péjoratif je sais) sans aucune explication pertinente. Le couple a une fille de 16 qui se retrouve très vite embarquée dans les aventures de ses parents plus que communs, et de leurs efforts a maintenir un semblant de vie normal : entre les meurtres, la deterioration du corps de Sheila et le tourment émotionnel du mari Joel.

Bref. Je dois avouer, la série n’était pas vraiment rentrée dans mon radar avant la nuit du 3 Février. J’avais vu deux ou trois promos du coin de l’œil, sans plus. Et l’optique de voir une série avec Drew Barrymore qu’on ne présente plus, et Timothy Olyphant qui, en dehors de sa série mythique (plus au USA qu’ailleurs j’avoue) « Justified », n’est populaire que pour la première (et pas très bonne, quoique ça reste un pêché mignon pour moi) adaptation au cinéma des aventures de l’agent 47 dans la série de jeux vidéos « HITMAN ». disons que je m’attendais au pire.

santaclaritadiet-tvisjustabox-2

Mais alors, quelle ne fut pas ma surprise quand, a la fin du premier épisode, je me suis retrouvé en train de pleurer de rire. Cette série, 10 épisodes de 30 minutes chacun, est une vrai pépite comique. Dans un genre similaire, la série peut être comparée a « IZombie » sur The CW ou un mélange entre celle-ci et « Dexter ». Mais la ou « iZombie » parfois oscille entre comédie et drame, « Santa Clarita Diet » reste dans sa ligne comique et ne s’arrête pas. Situations loufoques les unes après les autres, lignes de dialogues tellement mémorables elles deviennent immédiatement classiques ; et que dire l’alchimie entre les deux acteurs principaux. Non seulement Barrymore et Olyphant sont dans une forme comique extraordinaire, mais je dois avouer que les expressions faciales de Timothy Olyphant tout au long de la série sont Priceless. On peut clairement lire la panique sur son visage se résumant en une phrase : « What kind of fuckery is this ? ».

 

Cette série m’a rappelé ce que j’ai ressenti en regardant la première saison de « Unbreakable Kimmy Schmidt », autre superbe trouvaille de Netflix. Et, aussi bizarre que cela puisse paraître, « Santa Clarita Diet » a beaucoup de chose en commun avec une autre série que j’ai vraiment adoré (et dont je vous parlerai bientôt) : « United States of TARA ».Case in point, les filles dans les deux séries traversent des parcours similaires le long de la saison. Mais la ou « US of TARA » a un truc en plus, c’est que la série aborde des thèmes vraiment compliqués avec humour, mais n’étant jamais maladroit au point de vexer les gens qui sont effectivement dans cette situation (promis je vous fait un recap de la série avant le 14). En face, « Santa Clarita Diet » n’a pas ce problème la, elle peut s’enfoncer aussi profond qu’elle veut dans le ridicule de la Zombification qu’elle réussit a nous pondre des situations extrêmement hilarante, suivit de réactions tout aussi marrante.

santaclaritadiet-tvisjustabox-3

Mais malgré tous les rires qu’elle a pu me procurer, la série n’est pas parfaite. Certains subplots sont assez inutiles dans l’avancement des caractères ou de l’histoire et on se retrouve souvent avec des opportunités qui ne s’ouvre que sur des déceptions. De plus, la fin de la saison semble un peu… fabriquée. Je m’explique : normalement il doit y avoir une progression organique qui mène a un certain suspens ou cliffhanger a la fin de la saison. Mais ici, il n’y en a pas vraiment. Malheureusement, le dernier épisode est aussi victime, dans son effort de finir la saison avec un gros WTF (what the fuck), d’une dramatisation qui non seulement nous prive de rires, mais qui nous ramène aussi a une réalité a laquelle on voulait échapper en regardant une série fantastique sur une famille qui doit gérer le fait que la mère soit devenu un zombie qui se nourrit que de chair fraîche.

En gros, « Santa Clarita Diet » est l’une des meilleures comédies produites par Netflix a l’heure actuelle. Son runtime de 30 minutes en fait un plat a déguster sans modération. Et en parlant de ça, je ne vous conseillerais pas de regarder les 4 premiers épisodes en mangeant.

Santa Clarita Diet : 9/10

Le Mambo Recommande !!

Kansas City Shuffle

Advertisements