Sinon bonjour les gens, et les autres aussi… même ceux qui ne répondent jamais.

Aujourd’hui marque la première fois que je vais une revue de film documentaire. « SEMBENE » est un film documentaire réalisé par Samba Gadjigo et Jason Silverman, qui expose la vie aussi bien cinématographique que personnelle de celui qui, jusqu’aujourd’hui, est considéré comme le père du Cinéma Africain.

Mais avant de se plonger dans ce que j’ai pensé du film, il me semble important de faire un petit détour par la case personnelle, histoire de comprendre un peu comment mon background a influencé mon opinion du film.

Beaucoup de ceux qui me connaissent, même en passant sur les réseaux sociaux, savent à quel point le cinéma est une partie importante de ma vie. Tout au long des années je me suis vu associé à certains à cause de cette passion qui m’animait. Cette même passion qui m’a emmené a créer mon blog TVISJUSTABOX.COM. Mais la vérité, triste vérité même diront certains, c’est que cette passion est née lors de mon enfance durant mes maintes expositions au cinéma « FRANÇAIS ». Français entre guillemets parce que ce n’est que plus tard dans ma vie que j’ai appris ce qu’était le doublage des voix (une histoire pour une autre fois).

Bref.

C’est quand je suis devenu un peu plus sérieux dans mes initiatives pour en savoir un peu plus sur le cinéma et comment y participer que je suis tombe sur des livres d’art et d’histoire du cinéma. Tous ces livres avaient un point commun : ils parlaient tous de films et de réalisateurs Africains dont je n’avais jamais entendu parlé. Et au beau milieu de tout ce monde, figurait Ousmane Sembene. De Sembene je ne connaissais que ce que j’avais lu dans les livres d’histoire (occidentaux). Et une question me revenait sans cesse : Pourquoi semblait-il que l’occident était plus au courant de Sembene que les Africains eux-mêmes ? nous en discuterons, mais pas aujourd’hui.

Revenons donc sur « SEMBENE». J’ai adoré ce documentaire. Avoir une porte ouverte sur la vie de ce monsieur est tout simplement une expérience que je recommande à tous, cinéphile ou pas. Le documentaire nous présente Sembene Ousmane pas uniquement comme l’icône, la légende, qu’il était déjà de son vivant ; mais aussi en tant qu’homme, avec ses victoires et ses défaites.

L’une des choses que je remercie le plus le documentaire d’avoir abordé c’est le fait que Sembene était d’abord un écrivain avant de devenir scénariste et réalisateur. Et tous ces jobs il les faisait avec un principe simple : l’Africain doit raconter ses propres histoires. C’est ainsi que beaucoup de ses films ont été des adaptations d’histoires ou romans qu’il avait écrit plus tôt dans sa vie.

Autre chose que je ne savais que superficiellement sur l’artiste, il n’avait pas sa langue dans sa poche. Ses films abordaient sans gêne des sujets aussi délicats que l’ingérence occidentale dans la vie des africains, l’africanité face aux temps modernes, excision des femmes, et l’esclavage moderne. D’une manière, Sembene était aussi le père du cinéma Africain conscient tel qu’on le connait aujourd’hui. Cette obstination à s’engager dans des sujets sensibles lui a valu aussi bien des louanges que des coups de gueule. Certaines maisons de production, le gouvernement français, et mêmes certains collègues cinéastes. Mais Sembene n’avait d’yeux que pour ses projets cinématographiques.

Avec ce film on a aussi l’impression d’une certaine solitude dans la vie du cinéaste. Vu que tous passaient après le cinéma, beaucoup sont partis, le laissant seul avec ses œuvres.

Samba Gadjigo est non seulement le coréalisateur de ce film documentaire mais aussi « neveu » de Sembene. De ce fait on pourrait s’attendre à une version un peu embellie de la vie du cinéaste mais de mon fauteuil de téléspectateur, ça ne semblait pas être le cas. Il y avait certes une touche d’émotions dans les diverses interviews mais, chaque fois que l’occasion se présentait, ils nous rappelaient que Sembene Ousmane n’était qu’un homme. Un homme plus grand que nature certes, mais au final juste un homme.

Samba Gadjigo s’est donné pour but, comme dit à la fin du film, de préserver et rendre accessible le patrimoine de Sembene Ousmane. Ceci passera sans doute par la restitution de ses œuvres et, d’une manière ou d’une autre, les rendre accessibles aux Africains en général, et cinéastes Africains en particulier, afin d’inspirer la nouvelle génération d’artistes.

« SEMBENE » est un film que je recommande vivement à tous qui, en plus de nous exposer à la vie d’un artiste hors du commun, nous en apprend un peu plus et de façon tout à fait subtile, sur le Septième Art ; et surtout nous donne envie de se plonge dans sa filmographie. Chose que j’ai faite récemment en regardant « Xala », dont je ferai la revue prochainement.

SEMBENE : 9/10

Malheureusement je ne peux pas donner la note maximale parce que, si j’ai été fascine par le fond de ce film, sa forme ne m’a pas interpelé plus que ça.

Advertisements