Afin de pouvoir vous parler de « The Cloverfield Paradox », il faut d’abord mentionner la série des films Cloverfield qui sera très importante pour comprendre le scénario de Cloverfield Paradox.

C’est quoi CLOVERFIELD ?

Cloverfield est un film réalisé en 2008 par Matt Reeves (la planète des singes). Au début c’était JJ ABRAMS qui devait le réaliser mais il a préféré confier son scénario à son meilleur ami. Cloverfield est un film de science-fiction qui traite de l’arrivée sur terre de créatures extraterrestres dont on ne connait l’origine et leur but.

La série de film Cloverfield est un peu similaire à la structure narrative de Black Mirror. Chaque film nous présente une explication complète pour comprendre l’univers Cloverfield et son back story. La licence Cloverfield est une anthologie de films avec chaque film traitant d’une thématique de cet univers.

Pour revenir à Cloverfield Paradox, c’est le 3eme opus de la licence Cloverfield. Le film commence dans un futur proche, dans un monde où l’énergie est devenue rare, et sont la cause de beaucoup de conflits. Un groupe composé de plusieurs puissances mondiales met en place un projet visant à créer une énergie pouvant sauver l’humanité. Le projet SHEPARD ; il utilise un accélérateur de particules afin de générer de l’énergie suffisante pour toute la planète.

Au début du film, nous avons un rappel de l’impact de l’utilisation d’un accélérateur de particules sur l’humanité et sur l’univers. Mais hélas, l’humanité étant si désespéré, préfère tenter le diable et continue le projet. L’équipage parvient enfin à générer une énergie stable et suffisante pour l’humanité lorsqu’en accident se produit et les envoie dans une autre dimension.

Pour comprendre l’impact de cet arrivé dans la nouvelle dimension, on suit l’héroïne du film, Ava Hamilton, jouée par GUGU MBATHA-RAW. Au début du film Ava vit avec son mari, elle a perdu ses enfants dans un incendie dont elle était responsable. Cette perte va la pousser à se donner corps et âme au projet SHEPARD.  Apres l’accident, elle se rend compte que cette dimension dans laquelle ils ont été transporté, Ava, n’ayant pas perdu ses enfants dans l’incendie, est restée sur terre et quelqu’un d’autre a pris sa place au bord de l’engin spatial.

Ava est confronté à 2 choix, rester dans cette dimension avec ses enfants et laisser la terre de sa dimension courir vers une destruction certaine ou retourner dans sa dimension malgré tout. Durant tout le film, on verra ce dilemme des 2 perspectives car la nouvelle passagère, apparue lors du changement de dimension, souhaite aussi sauver son monde. Malheureusement le SHEPARD de cette nouvelle dimension a été détruit lors de l’accident. Seule une terre pourra être sauver.

 

Le film parvient à rester un film de SF dans sa globalité, on n’y voit beaucoup de références à « Alien » par moments.

Les dernières minutes du film viennent nous reconnecter à l’univers Cloverfield en nous présentant le retour en morceaux de l’équipage du SHEPARD sur une terre ravagée par des monstres similaires au premier film, « Cloverfield ».

Pour résumer, The Cloverfield Paradox est un bon film de SF qui exploite au mieux le concept de dimensions parallèles et dilemmes de vie. Sauf que dès qu’on le rattache à l’univers Cloverfield, ce film parait plutôt bancal et à tendance à perdre le spectateur. Au final on ne sait pas dans quelle direction il va, par rapport à toute l’histoire de Cloverfield. Les scènes sur la terre n’étant pas assez explicites, elles perdent davantage les spectateurs. C’est un film passable que je conseille de regarder au même titre que le film « Life ». Des films de SF qui se regardent juste pour du divertissement et non pour étendre un univers cinématographique.

Bass Franky

Advertisements